DE  |  FR

Plan d’études 21: aux cantons d’agir

2 février 2015

Le Plan d’études 21 (Lehrplan 21), auquel la conférence régionale alémanique (D-EDK) de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) a donné son feu vert, est le premier plan d’études valable dans l’ensemble des 21 cantons de Suisse allemande. L’har­monisation de l’instruction publique étant inscrite dans la Constitution fédérale, si les cantons veulent procéder à une introduction du Plan d’études 21 qui réponde aux besoins des élèves, ils devront investir dans la formation initiale et la formation continue du corps enseignant et dans la mise en place d’horaires favorisant l’apprentissage et l’enseignement interdisciplinaires.

L’harmonisation de l’instruction publique, inscrite à l’art. 62 de la Constitution fédérale, ne sera réelle que lorsque les cantons auront investis dans une pratique scolaire qui réponde aux besoins des élèves. Con­crètement, ils devront concevoir des horaires favorisant l’apprentissage et l’enseignement interdiscipli­naires et investir dans la formation initiale et la formation continue des enseignants, dans la mise à disposition de nouveaux moyens didactiques attrayants et connectés à l’expérience, ainsi que dans le développement d’une école publique servant d’espace de vie aux élèves.

 

Horaire et formation continue favorables à l’apprentissage et à l’enseignement interdisciplinaires
La CoalitionEducation ONG exige des cantons qu’en matière d’horaires ils créent un cadre pour l’ensei­gnement interdisciplinaire par projet, qui se traduise entre autres par des thèmes annuels et par des semaines ou des journées thématiques. Selon elle, il revient aux cantons d’encourager ce type d’ensei­gnement en émettant des recommandations sur les horaires et en prévoyant l’octroi d’au moins 15 crédits ECTS pour assurer aux enseignants une formation initiale et une formation continue dignes de ce nom dans les «disciplines génériques» que sont la géographie et l’histoire, l’orientation professionnelle, les médias et l’informatique, de même que la formation au développement durable. Il revient aussi aux can­tons d’actualiser les diplômes de formation mentionnés dans le règlement de reconnaissance de la CDIP.

 

Création de standards pour la formation à l’éducation politique et aux droits de l’enfant
La CDIP doit créer sur le plan national des standards et des instruments d’encouragement [1] pour la formation à l’éducation politique, afin de garantir à l’échelle cantonale les valeurs démocratiques, la liberté d’expression et le droit de participation des enfants. D’une part, cette exigence reflète un large consensus dans le monde politique et l’opinion publique: d’après une étude de l’institut de recherche GfS [2], 77 % des personnes ayant le droit de vote se sont prononcées en faveur d’une offensive dans les domaines de la formation politique, des droits de l’homme et de la liberté d’expression. D’autre part, les articles de la con­vention internationale des droits de l’enfant, adoptée par les Nations Unies, sont en vigueur et s’appli­quent directement à la Suisse: la CDIP doit en garantir l’application auprès des élèves, en particulier en ce qui concerne le droit à la non-discrimination (art. 2) et à la liberté d’expression (art. 12) et le devoir de faire connaître leurs droits aux enfants (art. 42).

 

Renforcement de la formation au développement durable

La CoalitionEducation ONG salue le fait que la formation interdisciplinaire au développement durable soit inscrite en tant que base du Plan d’études 21. Toujours selon le Plan d’études 21, l’enseignement doit se fonder sur certains principes didactiques, dont l’orientation vers l’avenir, l’apprentissage en réseau et la participation des élèves. Afin qu’elle puisse mettre en œuvre ces objectifs dans la pratique scolaire, la CDIP est priée d’abord de rédiger un document remplaçant le Plan de mesures 2007–2014 Education au développement durable et respectant les conventions internationales de l’UNESCO et ensuite de concrétiser ce document dans les plans d’études à tous les degrés de formation.

 

Développement durable des écoles en tant que communautés d’apprentissage

La CoalitionEducation ONG souligne le fait que l’école, lieu de vie pour les enfants, se doit d’offrir un espace de découverte allant au-delà de l’acquisition des compétences prônées par le Plan d’études 21. La communauté d’apprentissage en milieu scolaire constitue un élément constitutif important de la commu­nauté en général, laquelle offre à son tour de nombreuses occasions d’apprentissage aux enfants et aux jeunes. La CDIP est invitée à renforcer partout en Suisse au plan local l’établissement de paysages de la formation, sachant que les projets d’implantation de ces paysages au plan local améliorent la coopération des acteurs scolaires et extrascolaires et augmentent les chances de formation chez les enfants et les jeunes au sein d’une communauté.



[1] Loi fédérale relative aux contributions en faveur de projets communs de la Confédération et des cantons en vue du pilotage de l’espace suisse de formation (RS 410.1)

[2] GfS, Bausteine zur Stärkung des Schweizer Politsystems (Composantes d’un renforcement du système politique suisse), 2014

FEINHEIT Grafik Zürich – CI/CD, Webdesign, Flash, Webshop, XHTML/CSS